Le Domaine du Château du Reichenberg
Domaine du Reichenberg
Le Blog

Histoire au 13ème siècle du château de Reichenberg – Gérer des querelles

En attendant nous n’en sommes pas encore là mais nous verrons que l’histoire du Reichenberg comme l’histoire de l’Alsace se résume au détail près à partir du XIIIème siècle à d’éternelles querelles, guerres, pillages, coups fourrés et meurtres assorties de famines et d’épidémies. La vie n’est plus soutenable et la population va s’organiser petit à petit pour mettre sur la « touche » cette noblesse qui n’a pas d’autres activités que de se battre eux au détriment bien sur de sa population.

Mort et succession de Philippe de Reichenberg

C’est ainsi qu’en mars 1262 Philippe de Reichenberg eut à juger un conflit grave et important qui opposait les habitants de Strasbourg à l’évêque Walther de Geroldseck, dont la cruauté et la malhonnêteté est restée dans l’histoire. Courageusement Philippe a pris parti pour les Strasbourgeois et par sa décision il s’oppose à la plupart des membres de la noblesse à commencer par son « patron » le conte de Werd Landgrave de basse Alsace ainsi qu’à son propre fils Frédéric, chanoine et membre du chapitre de la cathédrale et à ce titre électeur de l’évêque.

Finalement ce conflit dégénère et pour la première fois des bourgeois et des artisans décident d’en découdre avec celui qui jusque là a tous les droits sur la population. Le 5 mars la bataille s’engage à Hausbergen. Le combat est désastreux pour l’évêque et ses alliés et Philippe qui prit sans doute part au combat aux cotés des Strasbourgeois et de Rodolphe de Habsbourg (le futur empereur qui lui aussi trouve excessifs les pratiques de Geroldseck) est blessé. Il meurt peu après sans laisser de testament.

A l’époque le droit d’aînesse n’était pas en vigueur et ses biens et sa fortune sont partagés entre ses quatre enfants. Frédéric le chanoine et sa sœur Elisabeth reçoivent des terres et des bois vers le Rhin, loin du Reichenberg tandis que les deux frères se partagent le château. L’aîné Philippe III, reçut la forteresse avec les terres en amont du Bergenbach. Il hérite également de la charge de lieutenant de Landgrave. Volmar, le plus jeune, reçoit le château de plaisance avec les terres en aval.

Ainsi qu’on pouvait s’y attendre, ce funeste partage ne donnera pour des siècles que guerres et querelles.

La fin des Reichenberg, les Habsbourg et le Duc de Lorraine

Les deux frères parvenaient encore à s’entendre mais Philippe III mourut jeune et son frère ne fut pas pour son oncle et plus tard pour son cousin (Volmar II comme son père) un voisin aussi commode que l’avait été son père. C’est ainsi que Volmar II malgré la vie agréable que sa famille et ses enfants menèrent au bas Reichenberg, comprend que sa situation au pied de la forteresse n’est pas tenable.

A son corps défendant et malgré l’instance de ses enfants il se décide à se séparer de sa part du Reichenberg. En 1307 l’occasion se présente et ce sont les Habsbourg en personne qui font l’offre. Le marché est vite conclu : les Habsbourg échangent à Volmar II le bas Reichenberg contre le Reimstein – un château bien armé, facile à défendre au pied de l’Ortenburg à l’entrée de la vallée de Ste Marie aux Mines au dessus de Châtenois.

Volmar garde pour ses deux filles célibataires Ita et Eta des biens à Weiller –petit bourg entre Bergheim et le Reichenberg-, quelques manants hommes et femmes pour les servir, quelques terres et l’avouerie de l’Eglise « St Pierres » ou elles souhaitent avoir leur sépultures.

Elles meurent toutes les deux la même année de la peste noire sans doute après avoir légué leurs biens à la commune de Bergheim. Elles y sont sans doute enterrées mais Weiller à totalement disparu à la suite de la guerre des Rustauds et de la guerre de trente ans de telle sorte qu’on ne connaît plus aujourd’hui l’emplacement exact du village, pas plus que celui de l’Eglise. Il existe bien à environ quatre cent mètres à l’ouest du rempart de Bergheim sur la route de Thannenkirch, une vielle ferme en pierres et une grange noyées aujourd’hui parmi les maisons modernes du Faubourg St Pierre. Certains pensent que ces vieux bâtiments seraient les vestiges de ce hameau disparu.

Deux de leur frères, Jean et Rudolf restèrent ainsi à Weiller près du Reichenberg. Ils se sont engagés chez les templiers.En 1302 lorsque l’ordre des templiers fut supprimé ils sont sans doute exécutés à moins qu’ils ne terminent leur vie à Sélestat dans la maison de l’ordre de St Jean de Jérusalem.

L’histoire ne le précise pas mais ce que l’on sait c’est que certains soirs Ita et Eta sont accompagnées dans leurs promenades par deux templiers beaux et jeunes dans leur cape blanche barrées de la croix rouge des templiers.

Enfin Volmar lui, quitte le Reichenberg avec deux autres fils Hugues et Bruno et s’installe au Reimstein.

Dans le Haut Reichenberg Walter de Reichenberg est toujours là mais il n’a pas d’enfants et son suzerain le Duc de Lorraine récupère le château à sa mort pour le confier à Henri Waffler Seigneur d’Echery pour service rendu.

Ainsi le Reichenberg est déjà sorti des mains de la famille qui en porte le nom et qui d’ailleurs s’étaient rapidement : Hugues les dernier du nom meurt sans enfants au Ramstein en 1361.

Le partage du château est maintenant scellé les deux propriétaires, le Duc de Lorraine en Haut et les Habsbourg en Bas ne s’entendent pas. Leurs intérêts s’opposent et l’avenir du château ne va pas tarder à en pâtir. Le 5 octobre 1314 vente du Bas Reichenberg par les Habsbourg à Henri de Müllenheim.

Henri de Müllenheim de Reichenberg

Au début du XIIIème siècle un an après avoir acheté le Reichenberg les évènements tournent mal pour les Habsbourg et ils connaissent de graves difficultés : l’empereur Albert 1er de Habsbourg a été assassiné. Henri VII de Luxembourg est élu empereur d’Allemagne. Il meurt très rapidement empoisonné pendant la messe en mangeant une Ostie, en prenant tout de même le temps d’accorder à la ville de Bergheim le droit de se fortifier. Cette autorisation rendait presque autonome la ville.

Le Duc Louis de Bavière lui succède mais les Habsbourg évincés se reprennent et leur champion Frédéric le Bel, fils d’Albert 1er assassiné, se fait élire Empereur d’Allemagne. Il y a donc deux empereurs sur un même trône et bien évidemment la guerre éclate.

Un épisode de cette guerre nous intéresse pour l’histoire du Reichenberg. En effet Frédéric le Bel a besoin d’argent pour faire la guerre et il décide de vendre le bas Reichenberg ainsi que l’Orenbourg et Scherviller. La vente se fait en 1314, l’acte est conservé aux archives départementales de Colmar. Il s’agit d’une « vente à réméré » ce qui veut dire que le vendeur se réserve la possibilité de revenir sur sa décision et de casser la vente pendant un certain temps fixé dans l’acte.

L’acheteur est un riche Strasbourgeois, Henri de Müllenheim, chef de cette riche famille patricienne qui dispute aux Zorn la prééminence dans Strasbourg jusqu’à ce que les strasbourgeois las des guérillas que les deux familles se mènent dans les rues de la ville les chasse hors des remparts avec interdiction d’y revenir. Il verse comptant 3500 marcs d’argent ( d’après Edmond Bapst cela correspondrait à 1 million de francs en 1928… Dans un ouvrage publié en 1876 « Etudes économiques sur l’Alsace ancienne et moderne » – volume 1er, les monnaies- l’abbé Hanauer à calculé qu’au XIVème siècle le marc d’argent de Colmar (celui qui à dû être employé pour la vente du Reichenberg) équivalait à 61,75 Francs. La somme remise par Henri de Müllenheim aux ducs autrichiens équivalait donc à un peu plus de 30000 euros ).

L’achat pour un tel prix d’un demi château et qui plus est mal fortifié au pied d’une forteresse qui le menace directement est difficile à comprendre. En fait la mère d’Henri de Müllenheim est née Marguerite de Reichenberg. Elle est la sœur de Volmar II qui a dû se séparer du bas Reichenberg. Elle a vécu là toute son enfance et sa jeunesse dans ce beau château confortable et garde de ses années des souvenirs heureux. Elle aime tellement cet endroit qu’Heur, en bon fils, va acheter le château pour le lui offrir. On verra par la suite que cette gentille intention lui causera bien des soucis dont il ne se serait pas sorti sans ses remarquables talents de diplomate.

En effet la somme aussi considérable soit-elle ne suffisait pas aux Habsbourg pour mener pendant longtemps une guerre contre Louis de Bavière. Trois mois après avoir signé la vente Frédéric le Bel vend le réméré sans rembourser Henri de Müllenheim à l’évêque de Strasbourg Jean de Dirpheim pour une nouvelle somme de 3500 marcs d’argent. Il pousse l’arrogance jusqu’à écrire à Müllenheim « cher créancier ». On peu trouver la lettre aux archives départementales de Strasbourg.

Mais cette escroquerie n’est pas terminée : les habitants de Bergheim sont en effet terrorisés à la pensée que le Reichenberg va devenir la propriété d’un évêque de Strasbourg. Ils gardaient le souvenir de Walter de Geroldseck et préfèrent se taxer lourdement pour rembourser l’évêque et rendre gratuitement le Reichenberg aux Habsbourg. Ceux-ci dans l’opération pour le moins malhonnête ont gagné 7000 marcs d’argent tout en gardant leur bien.

Pendant ces tractations sordides Henri Walfer imagine que Müllenheim soit écœuré et désarçonné par ce coup qu’il vient de subir. Il en profite pour essayer de s’accaparer de la partie basse du Reichenberg et demande au Duc de Lorraine son suzerain de lui attribuer le profit de la vente du bas Reichenberg entre les Habsbourg et Müllenheim. Or cette vente bien qu’entachée d’irrégularités était tout de même signée par l’empereur en personne. Le Duc de Lorraine risquait donc un coup de force contre les Habsbourg au profit d’Henri Walfer son homme de paille dans le but de réunir les deux moitiés du château.

Cet enjeu qui mettait aux prises le Duc de Lorraine et l’empereur d’Allemagne n’était évidemment pas limité aux intérêts de Walfer mais plutôt à l’avenir du Reichenberg et aux mines d’argent que le sous-sol du château cachait comme un trésor fabuleux. Ce trésor était sans doute le véritable enjeu de ces coups de force et des prix exorbitants qu’on s’échangeait autour de la propriété du Reichenberg.

Finalement après nombres menaces, tractations et missives diplomatiques Henri Waffler échoue totalement. Les deux parties du Reichenberg ne seront pas réunies et en 1331 il meurt en ne laissant qu’une héritière Suzanne mariée à Werner de Hattstatt. Celui-ci meurt à son tour très rapidement et Suzanne se console très vite car après moins d’un an de veuvage, elle épouse le maire de Mulhouse et quitte le Reichenberg sans demander son reste en abandonnant là quatre fils orphelins.

On les surnomment « les damoiseaux de Bergheim ». Ils sont élevés au Reichenberg par des domestiques dévoués et ils y cohabitent sans querelles semble-t-il toute leur vie durant. Pendant ce temps Henri de Müllenheim finit par obtenir raison des prétentions du Duc de lorraine : Waffler est décédé et les Habsbourg signent une reconnaissance de propriété en bonne et due forme pour le bas Reichenberg au profit des Müllenheim. Celui-ci pour consacrer aux yeux de toute sa propriété adjoint à son nom celui de son château. Dorénavant il signera « Henri de Müllenheim de Reichenberg » et ses successeurs garderont ce nom pendant plusieurs générations.

La résistance de Bergheim face au Duc de Lorraine Jean 1er

Au Reichenberg une période de calme succède à ces années d’inquiétude. L’aîné des Damoiseaux épouse Dylie de Müllenheim et c’est la fête au château. Henri meurt en 1336 quelques années après sa mère. Son fils, puis son petit fils Jean lui succèdent. Malgré quelques intrigues autour du domaine entre les Hattstatt, le duc de Lorraine ; les bourgeois de Bergheim et les Habsbourg qui éternellement cherchent de l’argent pour conserver leur trône, on peut dire que les temps sont calmes jusqu’en 1374.

A cette époque en Lorraine régnait un duc batailleur et plein d’ambitions. Il avait pour servir ses projets, enrôlé une armée importante de brigands qu’il lui fallait occuper sans risque de voir ses mercenaires violer et étriper la population des villes où ils tenaient leurs garnisons. Ayant donc cherché querelle et déclaré la guerre à tous ses voisins il lui fallait se lancer dans des expéditions plus lointaines. C’est ainsi qu’il eu parmi tous ses projets belliqueux, l’idée de mettre de l’ordre dans son duché et de faire rentrer dans ses propriétés tous les fiefs lorrains qui, prétendait-il, s’en étaient illégalement détachés. Or Bergheim était à son idée un fief purement lorrain. Les bergheimois alertés essayèrent bien d’appeler les Habsbourg à leur secours mais ils comprirent bien vite qu’ils ne pouvaient compter que sur eux-mêmes pour se défendre.

Le duc règle encore quelques comptes et dès le printemps de 1374 il part en campagne avec son armée au complet vers l’Alsace où il a à faire dit-il « une guerre de vengeance » aux Müllenheim et à la ville de Bergheim qui ont refusé les hommages dus par les vaisseaux à leurs suzerains. En passant par le col de Sainte Marie aux mines il descend avec son armée la vallée de la Liepvrette dont une grande partie lui appartient, mit à sac Scherviller propriété des Müllenheim et se dirige vers Bergheim en prenant bien soin d’épargner St Hippolyte qui lui appartient. Mais il pille Rodern et incendie Rorschwihr avant d’arriver sur la côte du Grasberg en vue de Bergheim.

Là je pense que le Duc à tout de même eu un pincement de cœur en découvrant la ville avec sa double rangée de fossés, la contre escarpe et les puissants remparts hérissés de tours fortifiées. Pendant ce temps Jean de Müllenheim quitte le bas Reichenberg et prend le commandement de la défense de la Ville à l’abri des puissants remparts avec les populations voisines de Rodern, de Rorschwihr et des environs en plus des Bergheimois. Il arme alors les hommes valides et organise la défense.

L’armée du Duc de Lorraine enivrée et assoiffée de sang se lance brutalement contre ces remparts qui les défient. La lutte est acharnée, une brèche est ouverte sur le flanc Est du rempart et la bataille se déchaîne à l’intérieur même de l’Eglise. Les bergheimois résistent et le combat fait rage.

Malgré tous ces assauts le Duc constate bientôt qu’il a perdu trop d’hommes pour conserver ses chances d’emporter la ville. Il se retire honteux de cette cuisante défaite et de rage, il ravage tous les environs et évidemment le château de Jean de Müllenheim qui l’a mis si rudement en échec. Le bas Reichenberg est incendié et ne sera jamais reconstruit. Quand à l’Eglise souillée par tant de sang, elle devra être re-consacrée.

Jean de Müllenheim de Reichenberg meurt en 1393 sans laisser d’enfants. Les affaires des Habsbourg vont mieux et le duc Frédéric le Bel que l’on surnomme „le Duc à la bourse vide“ trouve tout de même l’argent nécessaire pour payer une traite aux Müllenheim en paiement du bas Reichenberg et surtout les privilèges qui lui sont attachés.

A la suite de cet épisode et l’héroïque résistance de cette petite ville qui a battu le Duc de Lorraine en personne est largement reconnue par les Habsbourg qui en récompense lui accorde le droit de battre monnaie et le droit d’asile à ceux qui sont poursuivis par les justices seigneuriales voisines.

A ce privilège nous devons une anecdote restée célèbre : un jour un habitant de Rodern poursuivi pour être jugé par un tribunal local se réfugie à Bergheim et pour narguer ses poursuivants, fit faire un bas-relief le représentant franchissant le fossé. Il fait un pied de nez tout en montrant son postérieur à ses poursuivants. Placé au dessus de la porte haute de la ville ce bas relief fut l’origine du sobriquet grivois « lek me am morsch » dont on baptisa la tour. Le bas relief resta en place jusqu’en février 1852 où il fut détruit à coups de marteau par un fou sans doute. En 2005 un habitant de Bergheim (Tarssisse Ederlé) fit cadeau à la ville de copie de ce bas-relief qu’il avait sculpté. Ce droit d’asile resta en vigueur jusqu’en 1666 où il fut officiellement aboli par Louis XIV.

Quand aux Hattstatt, on les imagine terrés derrière les portes barricadées dans le Haut Reichenberg pendant ces combats et terrorisés en voyant sous leurs yeux l’incendie du château de leur voisin. Il faut dire que leur situation est précaire : vassaux du Duc de Lorraine, ils auraient dû lui prêter main forte mais d’autre part à Bergheim ils comptent tant d’intérêts qu’il leur est impossible de prendre part aux combats. Finalement ils s’en tirent bien sauf que dans la bagarre ils perdent les intérêts que lui rapporte le tribunal dont ils ont la propriété dans leur château puisque les justiciables pourront désormais s’y soustraire en se réfugiant à Bergheim. Pour riposter ils s’arrogent un droit d’asile concurrent qu’ils accordent dans leur château à ceux qui fuient la justice Landgraviale.

Le Duc Léopold de Habsbourg, landgrave d’Alsace, furieux de cette effronterie somme les Hattstatt de cesser cette pratique et ajoute l’ordre de déguerpir de tous les biens que leur arrière grand père avait pris la liberté de s’accorder sur décision injuste rendue par le Duc de Lorraine. Impressionnés par la colère du Duc, les Hattstatt rentrent dans leur coquille et font marche arrière. Tout de suite ils composent et font le sacrifice du droit d’asile.

Mais le Duc Léopold ne démord pas et cette dispute virulente ne s’éteint que par la mort des principaux antagonistes: Le Duc Léopold et Werlin de Hattstatt à la bataille de Sempach en 1386 et au cours de laquelle ce jour là une grande partie de l’aristocratie Alsacienne mourut. Pour le Reichenberg en particulier cette bataille sonne le glas d’une lignée de Hattstatt et en particulier celle des Damoiseaux de Bergheim dont il ne reste plus que Frédéric de Hattstatt.

Le Reichenberg est peu à peu délaissé

L’histoire cite encore deux fils Henri et Antoine qui cherchent à se défaire d’une charge perpétuelle de la famille au profit de l’Eglise de Bergheim. A ce propos on peu voir dans le cœur de l’Eglise une petite custode armoriée au blason des Hattstatt ainsi qu’une fresque dans le bas côté nord représentant un cavalier en arme, peut-être St Georges ? dont l’écu est frappé aux armes des Hattstatt.

Donc la lignée des Hattstatt s’éteint, la ville de Bergheim a pris petit à petit une telle indépendance que les droits dont les seigneur des environs et en particulier les Hattstatt pouvaient encore posséder étaient devenus illusoires.

Le Reichenberg n’intéresse plus guère et les héritier n’y habitent plus qu’occasionnellement. Les dernières traces d’un Hattstatt habitant le château datent de la fin du XV siècle en 1469 : dans les archives de Bergheim un document prie le chevalier Hans Oswald de Hattstatt de bien vouloir apposer son seing sur une session faite à la municipalité. Sans savoir grand-chose sur cet homme on sait qu’il résidait au Reichenberg.

Par suite sans doute de pillage et peut être d’incendie le Haut Reichenberg tombe peu à peu dans le délabrement suivant ainsi le même sort que le bas Reichenberg.

Sur la même thématique

Situé à Bergheim, sur la Route des Vins d'Alsace, le Domaine du Château du Reichenberg bénéficie des meilleures conditions pour créer des vins d'exception. Martin et Evelyne Cognacq cultivent la vigne avec passion, authenticité et dans le respect de l'environnement qui nous entoure. 

Contact

+33 (0)3 67 35 07 63
domaine@reichenberg.fr

28 place du Docteur Walter
68750 BERGHEIM

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - sachez apprécier et consommer avec modération.

Situé à Bergheim, sur la Route des Vins d'Alsace, Le domaine du Château du Reichenberg bénéficie des meilleures conditions pour créer des vins d'exception. Martin et Evelyne Cognacq cultivent la vigne avec passion, authenticité et dans le respect de l'environnement qui nous entoure. 

A propos

Nos vins

Contact

28 place du Docteur Walter
68750 BERGHEIM

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - sachez apprécier et consommer avec modération.

Votre panier0
Il n'y a pas de produit
Continuer les achats
0